Quelques alternatives à Google

Vous voulez vous libérer de Google comme vous vous êtes libérés de FaceBook ? Voilà de quoi ! 🙂

    1. Pourquoi quitter Google ?

“Quand vous ne voyez pas le service, c’est que vous êtes le produit”

Ce dicton était déjà valable avant l’arrivée du web. Il l’est encore plus avec Google et FaceBook (entre autres). Pour mieux le comprendre, je vous suggère l’excellent article sur le site InternetActu.Net. Certes, on y parle beaucoup de FaceBook, mais le constat reste tout autant valable pour Google : vos données valent du capital, de l’argent, de la monnaie ! En livrant vos données sur Google (GMail, Picasa, Google+, GoogleMap, etc.), vous leur offrez cette marchandise qui se révèle de plus en plus rentable : l’information, mais aussi votre temps de cerveau disponible. D’accord, YouTube est lié à Google : le champ “devine” déjà ce que vous recherchez ; on vous dit que vous ne pouvez pas créer de compte YouTube sans compte GMail, ce qui est faux – j’ai essayé ! Vous pouvez même télécharger le plugin DownloadHelper du navigateur Firefox – oubliez Internet Explorer, même si de plus en plus de gens le savent – qui vous aidera à télécharger des vidéos de YouTube, ainsi que d’autres hébergeurs de streaming. Pour en revenir au sujet et le résumer : certaines personnes se font de l’argent facile en vendant vos informations.

Vie privée ? Je n’ai rien à cacher. [Entre éphémère et durable.]

Bien au contraire, le web est une occasion, comme il n’y en a jamais eu auparavant, de se montrer, de s’exposer, de se faire connaître, se forger une réputation. Avec la génération actuelle (et les générations suivantes), on grandit dès le plus jeune âge avec le web. On est déjà filmé, catalogué, avant même d’être né. Le web est le nouveau lieu où “les petits cons peuvent exprimer leur point de vue”. A la différence que… ce qui est sur le web ne peut que rester connu, et peut même être transmis d’un bout à l’autre du monde. On ne détermine ni même ne connaît plus l’ensemble de nos destinataires. Souvenez-vous du proverbe latin “Verba volant scripta manent” – les paroles s’envolent, les écrits restent – très souvent utilisé pour faire l’éloge des écrits, de la durabilité. On pourrait citer à nouveau ce proverbe, mais en valorisant l’éphémère, les paroles, surtout quand une réputation négative nous colle à la peau. Ce ne sont pas Google et FaceBook qui vont se réjouir du droit à l’oubli.

Big Brother is watching you.

Google et FaceBook constituent de parfaits lieux d’espionnage. Sans pour autant devenir paranoïaques, nous pouvons nous inquiéter de cette centralisation des données, rassemblées, empaquetées, analysées, pour “étudier” nos comportements, nos déplacements, nos heures de connexions, les sites que nous visitons, etc., qui pourront alors servir à cibler et adapter les publicités, mais aussi vos résultats de recherche Google, si bien que ce que vous recherchez via Google ressemble de plus en plus à ce que vous recherchiez déjà.

Ne jamais tout miser sur une seule carte.

Même si ça paraît improbable, l’Univers Google peut s’écroûler. Souvenez-vous du temps où “tout le monde” utilisait Altavista, ou de la première (et dernière) fois que vous avez enregistré toutes vos données sur le disque dur interne de votre ordinateur, qui a rendu l’âme. On ne met pas tous les oeufs dans le même panier comme on ne prend pas toutes ses cartes et son argent dans le même portemonnaie. A l’inverse, trop s’éparpiller en créant beaucoup de comptes peut s’avérer aussi inutile que vous faire perdre du temps à mettre à jour vos informations, dont voici un inconvénient bien palpable : plus on crée d’informations et plus on leur donne de rôles, plus on doit se consacrer à les mettre à jour, à les entretenir, sous peine qu’elles deviennent obsolètes. C’est un peu comme du “stock” d’entreprise. Le stock, ça bloque. Quand on l’perd, ça nous libère.

Droits d’auteurs et brevets.

Si vous lisez les conditions (lors de votre inscription), l’information que vous partagez sur Google et FaceBook (et bien d’autres sites) est hors de votre contrôle. Vous ne pouvez même pas choisir la licence sous laquelle se trouvent vos données, vos oeuvres personnelles (images, poèmes, photos, chansons) que vous avez partagées, alors que, pendant ce temps, d’autres personnes déposent des brevets pour les droits de consultation des données (un marché des plus juteux !). Si les brevets coûtent cher, c’est qu’ils rapportent. Enfin, pas pour tout le monde. Puis pas sûr que le profit soit le sens de votre vie.

Quelques articles détaillés :

FramaBlog.Org
Netizen3.Org
BlueTouff.Com

On t’a fait accroire que Google était ton ami ? 😮

    2. Comment quitter Google ?

Si vous avez un compte GMail, sauvegardez ailleurs les informations nécessaires qui se trouvent dans vos messages. Choisissez ensuite une autre adresse électronique parmi les messageries alternatives listées ci-dessous. Ensuite, vous pouvez mettre à jour tous vos comptes – il vous sera plus facile de tous les retrouver si vous en avez dressé une liste – dont l’adresse électronique de référence était chez GMail. Enfin, après cela*, vous pourrez clore votre compte GMail et votre compte Google+. Tant que vous y êtes, clôturez également votre compte FaceBook. Rappelez-vous : plus vous avez de comptes et plus vous exposez des informations “importantes” et changeantes, plus vous devez passer [= perdre] de temps à les gérer et à les mettre à jour, à les entretenir.

* (Une fois que vous aurez supprimé/clos votre compte webmail [GMail, par exemple], vous ne pourrez plus, de vous-même, changer le courriel de référence de vos comptes [les forums, par exemple] si vous en avez oublié les mots de passe et/ou selon le type de compte.)

    Voici quelques alternatives à Google (dernier de la liste) :
    Hier sind einige Alternativen zu Google (letzte der Liste) :
    Here you can find some alternatives to Google (last and least of the list) :

    Sont soulignés ceux que je conseille.
    Unterstriechen ist empfohlen.
    Underlined are advised.

Les moteurs de recherche / Die SuchMaschinen / The web search engines

Websites about freedom in internet

FRANÇAIS / Französisch / Francese / Francés / French :

http://www.libertesnumeriques.net
http://non.aux.racketiciels.info
http://www.laquadrature.net/fr
http://aful.org
http://www.april.org
http://www.donneeslibres.info
http://vecam.org
http://fr.creativecommons.org
http://fr.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons

Allemand / DEUTSCH / Tedesco / Alemán / German :

http://de.creativecommons.org
http://www.creativecommons.ch
http://de.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons

Italien / Italienisch / ITALIANO / Spagnolo / Inglese :

Espagnol / Spanisch / Italiano / ESPAÑOL / Inglés :

Anglais / Englisch / Italian / Spanish / ENGLISH :

http://www.laquadrature.net/en
https://www.eff.org
http://www.fsf.org
http://www.documentfoundation.org
http://sfconservancy.org
http://www.softwarefreedom.org
http://opendefinition.org
http://creativecommons.org
http://en.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons